Actes fondateurs

Déclaration des Délégués Africains au tout premier Symposium International de Bioéthique en Terre africaine

(JIB 1995)

Dite:DECLARATION DE YAOUNDE

Yaoundé, le 16 Février 1995

                              Les Délégués Africains au Premier Symposium International de Bioéthique en Terre Africaine saluent avec amitié, respect et admiration, leurs collègues et amis venus des autres continents. La tenue de ce Symposium est, pour notre continent, pour chacun de nos pays, pour ceux que nous représentons ici et pour nous-mêmes, un sujet de joie, de fierté, et d'immenses espérances.

La gravité des enjeux, la complexité des problèmes scientifiques et humains, les limites de toutes choses humaines et la fragilité du destin de l'homme en Afrique, ont amené les Délégués Africains à saisir l'occasion de ce premier Symposium pour faire la Déclaration suivante :

1.    Toutes les disciplines scientifiques autour de la Bioéthique et de l'ingénierie génétique, leurs industries, leurs laboratoires, et les résultats fantastiques auxquels elles sont parvenues trouvent auprès des hommes de sciences africains une adhésion profonde, une immense admiration, et suscitent chez eux, non seulement un très grand enthousiasme, mais encore la volonté ferme de joindre leurs mains à celles de leurs collègues du Monde entier, et d'être partenaires à part entière, dans la grande aventure de la VIE au XXIème siècle. L'Afrique a donc besoin de Centres modernes de Bioéthique équipés en personnel et en matériel de très haute qualité, ainsi que d'un Comité National d'Ethique dans chacun de nos pays et
finalement, d'un Comité Africain d'Ethique et de Bioéthique.

2.                                   Pour toutes ces raisons, ils lancent un appel solennel à leurs collègues du reste du Monde. Cet appel s'adresse, non seulement aux Hommes de sciences, mais aussi aux Organismes et Institutions scientifiques officiels, privés, confessionnels, aux O.N.G, et à  tous ceux qui sont engagés, de près ou de loin, dans le combat pour la VIE.

3.                                   Leur ambition est d'apporter leur modeste contribution à la promotion et au respect de la Vie, conformément aux normes et aux valeurs morales dont s'honore la Bioéthique. Ils veulent également apporter leur contribution à la promotion et à la protection de toute la création. Ils sont de ceux qui professent que toute existence porte en elle-même une destinée et un projet éthique que tout le monde doit reconnaître et promouvoir. Ils en appellent à une véritable Cosmo-éthique dans les relations de l'Homme avec la nature. L'Afrique est vraisemblablement le continent où la création et ses immenses richesses ont été saccagées et le sont encore avec un intolérable acharnement. Ils en appellent à la solidarité internationale au niveau de l'O.N.U, de l'UNESCO, de la FAO, de l'OMS pour qu'il soit mis fin à tant de catastrophes écologiques et tant de gaspillages.

4.                 Quand on parle de "Manipulation de la Vie", l'Homme, en Afrique, ne peut que
trembler. Car la vie, avant tout c'est sa Vie, et toute sa Vie ! C'est la vie du corps, la vie de l’âme, la vie de l'esprit ; c'est la vie intellectuelle, spirituelle et morale ; c'est la vie politique, économique, culturelle et religieuse ; c'est la vie d'aujourd'hui, et la vie de demain ; c'est la vie d'ici-bas, et la vie de l'Au-delà. Or les hommes d'Afrique ont appris, un demi-millénaire durant, ce que c'est d'être manipulé, exploité, asservi, réduit à l'état de vulgaire matière première. Ils savent que ce XXe siècle finissant est aussi le siècle de l'holocauste, des camps d'extermination, des armes chimiques et bactériologiques, des "manipulations du paludisme" pour l'élimination radicale des indigènes au Vietnam, en Haïti, et dans les jungles et les forêts de l'Amérique Australe.

5.    Devant la menace partout présente d'un monde dominé par les structures du péché, par
le sexe, l'argent et la violence, et armé jusqu'aux dents pour assurer le triomphe de la Mort sur la Vie, l'Afrique déclare haut et ferme qu'elle refuse de mourir. Elle refuse la mort par asphyxie politique, économique et culturelle. Elle refuse toute forme d'euthanasie spirituelle, morale, intellectuelle, mentale. Elle refuse d'être une poubelle de déchets toxiques. Elle refuse de servir de réserve à cobayes pour des expérimentations diverses.

6.                                      L'histoire a appris aux Hommes d'Afrique à souffrir pour leur propre survie. En ce
tournant dangereux de la fin du XXème siècle, ils reconnaissent leurs erreurs, leurs fautes, leurs propres crimes. Ils savent que tout cela représente la menace de la mort sous sa forme la plus perfide, la plus insidieuse, la plus traîtresse. De cette Mort-là aussi, l'Afrique refuse de mourir. L'Afrique refuse l'apocalypse, le génocide, l'euthanasie par suicide : il faut que ses enfants le comprennent enfin !

7.                                      Ce premier Symposium de Bioéthique sur le Continent Africain doit inaugurer pour tous
les continents, la célébration du triomphe de la VIE sur la MORT.  L'Afrique, malgré ses lourdes épreuves, reste et restera le continent de la VIE, la patrie d'ISIS et d'OSIRIS. C'est d'ici que doit partir le grand appel de la Vie pour le siècle qui vient : que le XXIème  siècle soit pour toute la Terre, le siècle du   Triomphe de La VIE sur la MORT. Que chaque participant, en partant de Yaoundé, soit convaincu et décidé d'être, partout où il ira, artisan et messager du TRIOMPHE DE LA VIE SUR LA MORT.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site