LES BONNES PRATIQUES CLINIQUES ET PHARMACEUTIQUES

Termes de référence

            Les problèmes de santé demeurent une préoccupation majeure en Afrique. Un tel état de fait peut s’expliquer par un ensemble de facteurs. Le nombre de médecin ou alors de lits d’hôpital par habitant se trouve parmi les plus faibles dans le monde. Ceci exprime une situation où la demande en soins de santé est largement supérieure à l’offre. La définition de pratiques médicales acceptables pour l’Afrique doit donc tenir compte du contexte de difficulté dans lequel les professionnels de la santé exercent. Les pratiques médicales acceptables que nous voulons définir ici sont celles qui favorisent la santé tout en promouvant le respect de la personne humaine, de sa dignité. L’intégrité et la santé des patients est aussi mise en risque par des pratiques pharmaceutiques irresponsables. Il s’agit notamment de la vente de consommables médicaux et des médicaments au marché noir. Ces médicaments sont très souvent de mauvaise qualité ou non homologués par des autorités compétentes.

 

OBJECTIFS

 

             Elaborer les règles  et protocoles de prise en charge clinique à harmoniser au niveau continental afin de proposer les meilleurs soins de santé tout en s’assurant du respect de l’intégrité et de la dignité de la personne. Afin d’éviter les aventures médicales, les traitements expérimentaux présentant d’éventuels risques non évalués, devront être validés et suivis par un comité d’éthique. Organiser des campagnes d’éducation et de sensibilisation visant à responsabiliser les populations dans la prise en main de leur propre santé. Systématiser l’usage unique des instruments médicaux jetables ou la stérilisation des appareils souillés. Réhabiliter et moderniser la médecine traditionnelle africaine millénaire en la dotant de règles et protocoles généralisables. Elaborer un code africain d’expérimentation de nouveaux médicaments ou de nouvelles techniques de soins.

 

ATTENTES

 

                   Permettre aux professionnels de la santé de faire bénéficier aux patients des soins adéquats tout en minimisant les risques pour leur santé. Réduire de façon significative le nombre d’infections nosocomiales contactées dans les unités de santé. Mettre fin au commerce odieux des médicaments de la rue en rendant le vrai médicament disponible et accessible à tous. Une coopération accrue des Etats africains  dans la mobilisation des fonds colossaux nécessaire au développement de la recherche et de l’industrie pharmaceutique de pointe.

 

Débat : que peut-on attendre de la pharmacopée traditionnelle africaine dans la lutte pour la modernisation des systèmes de santé engagée par les Etat africains?

 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site