LA LUTTE CONTRE LA TRAITE LIEE A L’IMMIGRATION CLANDESTINE ET L’EXPLOITATION SEXUELLE

 

Termes de référence

La traite liée à l’immigration clandestine est aujourd’hui considérée comme l’esclavage des temps modernes. Elle prend de plus en plus de grandes proportions à cause de la pauvreté grandissante, l’instabilité économique et politique. Les victimes viennent plus de l’Afrique, de l’Asie, d’Amérique latine et d’Europe de l’est. On y retrouve notamment les orphelins, les pauvres, les analphabètes les sous-scolarisés ; ils sont sans papiers et pour la majorité de mineurs. Le but de cette traite est de prostituer les enfants des deux sexes, de faire d’eux les esclaves sexuels et domestiques, les vendeurs de drogue les mères porteuses et autres. Leurs bourreaux sont très souvent les membres de la famille ou des amis des trafiquants d’enfants, les policiers, les personnalités importantes des pays, les proxénètes et les mafieux. Comment mettre fin à ce trafic et rendre leur dignité à ceux qui en ont été victime ?

 

OBJECTIFS

 

                 Créer un instrument ayant force de loi grâce auquel les pays africains pourront combattre toutes formes de traite qu’elle soit régionale nationale ou transnationale ainsi que stratégies de contrôler de son application et de son efficacité. Former et informer les populations pour les édifier sur la question de la traite et des risques encourus par des enfants dans toute migration, qu’elle soit légale ou non. Harmoniser les législations nationales des pays africains et signer entre eux et les pays d’accueil des accords de coopérations pour mieux contrôler l’immigration clandestine. Proposer aux institutions internationales un code spécial des droits et devoirs des immigrés clandestins. Créer dans les grandes villes du continent, des structures d’écoute, d’information et de lutte contre ce fléau. Amener les gouvernements africains à plus de responsabilité envers leurs jeunesses, à travers leur scolarisation et la création des emplois.

 

LES ATTENTES

 

La finalité est que les immigrés clandestins aient droit à un traitement humain avant leur éventuelle expulsion dans leur pays d’origine. Les victimes de traite doivent être réinsérées dans la société et servir d’éclaireur dans la lutte contre ce fléau. Les pays africains doivent donner à leurs jeunes ce qu’ils vont chercher ailleurs. La coopération Nord-Sud doit mettre plus de moyens à prévenir qu’à combattre l’immigration clandestine sous toutes ses formes.

 

Débat : les Etats du Nord et ceux du Sud ont-ils vraiment intérêt que cesse ce trafic comme ils en affichent la volonté ?

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site