FINANCE INTERNATIONALE

Termes de référence

    Les institutions internationales de finances sont pour les plus connues les institutions de Breton Woods c'est-à-dire la banque mondiale et le fond monétaire international. Ces institutions à caractère capitaliste sont constituées chacun depuis leur création jusqu’aujourd’hui de 184 pays il faut relever que ces institutions internationales créer après la dernière guerre mondiale avaient pour tout la reconstruction de l’Europe dévaster. La mission de ces institutions internationale de finance est d’apporter leur soutien financier aux pays en faillite pour que ceux-ci ne puissent sombrer dans une crise. Les Etats africains étant dans cette faillite ont été obligés de se tourner dans la grande majorité auprès du fond monétaire international et de la banque mondiale pour demander leur aide financière. Il est évident que plus de vingt ans après que les états africains se soient tournés vers les institutions de Breton Woods 

Il n’y a pas eu de changement véritable. Car les aides apportées par ces instituions et bien d’autres, ainsi que des Etats étaient des goulots d’étranglement car ils n’aidaient pas l’Afrique mais l’exploitaient. Il est alors important pour les africains de définir eux-mêmes  leur politique monétaire.

 

OBJECTIFS

Réfléchir sur la diversification des sources de financement du développement en Afrique. Repenser la coopération entre les pays africains et les institutions de Breton Woods pour meilleure prise en compte des spécificités et des intérêts du continent dans le financement du développement. Promouvoir auprès des décideurs et des opérateurs économiques les institutions de finance telles le fond monétaire africain et la banque africaine de développement afin d’optimiser leur fonctionnement et leur contribution au développement du continent. Rendre disponible, pour tout les pays africains, une expertise de pointe en matière de négociation et de gestion de la dette dans un contexte économique mondial dominé par la loi du marché de l’économie libérale. Réfléchir sur la taxation des opérations financières interafricaines et internationales engageant les économies africaines. Penser les bases de l’unité et de la souveraineté monétaire africaine. Coordonner les marchés monétaires africains afin d’augmenter leur poids, jusque là insignifiant, dans le marché monétaire mondial. Faire de l’Afrique une terre d’accueil et non d’évasion des capitaux.

   
ATTENTES

La fin de la marginalisation de l’Afrique dans les transactions financières mondiales. Humaniser les pratiques et les transactions financières mondiales.     

 

Débat : l’humanisme traditionnel africain est-il compatible à la loi du marché de l’économie libérale ?

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×